Guidage « Père & Fils » Acte 1

Mis en avant

Yves voulait faire découvrir la verticale à son père, en vacances dans le secteur, tout comme lui l’avait découvert un peu plus tôt dans l’année (cf. « Stage vertical »). On commence donc par une sortie en Vilaine pour une découverte de la verticale en fleuve puis dans un deuxième temps ce sera au lac de Guerlédan. Lors d’une précédente sortie j’avais trouvé des poissons dans les 11 mètres mais là, la récente augmentation de la température de l’eau pouvait laisser présager également une remontée des poissons dans la couche d’eau. Et ce fut le cas, l’ensemble des poissons pris ce jour là fut dans 8 à 8,5 mètres, comme quoi quelques degrés en plus peuvent radicalement changer la donne.

Yves est en tête sur le bateau et je pêche derrière lui, son père Jean-Jacques, pêche de l’autre côté. Ainsi Yves et son père passent en premier sur les poissons et ma position me permet de guider le bateau, exploiter le sondeur et procéder à diverses vérifications taille-forme-coloris…des leurres. Le « battle » père-fils a fait rage toute la journée et au terme d’une lutte acharnée, de grosses rigolades, chambrages en règle et de 8 poissons pris, c’est Jean-Jacques qui terminera en tête avec un sandre d’avance sur Yves ! Père 1 point et fils 0 point, la revanche se fera sur Guerlédan, tout est encore jouable !

Un grand merci au magasin « Au Royaume de la Pêche » (cliquez sur le lien pour visiter leur site) pour l’envoi en express des leurres pour Yves et Jean-Jacques 🙂

Tight lines & à bientôt sur, dans ou au bord de l’eau.

DSC01162 DSC01143 DSC01167 DSC01169 DSC01171

Guidage « Verti en Vilaine »

Mis en avant

C’est un autre Olivier (cf. Guidage « Pike in the mist ») qui m’accompagnait à la pêche aujourd’hui. Autodidacte de la pêche en verticale, Olivier voulait faire un point sur sa technique et approfondir sa pratique. On commence avec les valeurs sûres en termes de couleur et de vibrations, mais la matinée est peu productive. Olivier prendra un sandre et en décrochera un beau. C’est uniquement après la pause repas que les choses plus sérieuses commencent avec un vrai pique d’activité au crépuscule. Une chose est certaine, Olivier maitrise la technique et malgré des poissons chipoteurs et peu mordeurs, il terminera sa journée avec pas moins de 7 poissons au compteur. Certes pas de monstres, mais vue les résultats des autres bateaux sur l’eau, l’activité des poissons et l’absence de paterne clairement identifiable, Olivier a vraiment bien pêché.

Tight lines et au plaisir de se recroiser au bord ou sur l’eau.

DSC01050 DSC01053 DSC01057 DSC01064

Stage verticale

Mis en avant

Cet été, j’avais promis un stage « verti » pour Yves. Enfin les conditions étaient réunis, nous avons donc pris la direction du Lac de Guerlédan et la Vilaine afin que je puisse lui faire découvrir cette pêche technique mais tellement efficace dans deux biotopes différents. Au programme du stage: choix des formes et des couleurs des leurres, quelles animations faire, comment prospecter les différents postes, l’interprétation du sondeur et l’utilisation des waypoints… Bilan des 2 jours: 12 sandres, 5 perches, 1  brochet et un Yves accro aux « châtaignes » que l’on ne ramasse que lorsque l’on pêche à la verticale 😉

DSC00674

DSC00611 DSC00616 DSC00525 DSC00530 DSC00590

Atelier « Les jeunes ont la pêche » du 12 octobre

Mis en avant

Heureusement pour les poissons mais malheureusement pour nous, la météo apocalyptique nous a obligé à nous abriter pour cette séance. Ce n’était pas grave car la théorie est tout aussi importante que la pratique surtout avec le « passage de cannes » qui est prévu au mois de février. Un premier temps de travail a été consacré à la façon d’aborder un poste en fonction du vent, du soleil, du courant, de la température de l’eau… Puis, c’était l’heure de s’attaquer aux nœuds et montage de leurres et oui, ce n’est pas le tout d’avoir une belle canne, un beau moulinet et un super leurre si on ne sait pas relier le tout!  Ensuite, c’est le jeu des « 6 familles » de poissons qui allie concentration, fous rires et apprentissage des différentes espèces de poisson, leurs habitudes alimentaires… Pour terminer, concours de lancer sur cible car, ce n’est pas parce que l’on n’est pas au bord de l’eau que l’on ne va pas s’entraîner à lancer des leurres!

Rendez-vous le 16 novembre  pour traquer les habitants des cours d’eau de la région en espérant que la météo sera de notre côté!

DSC_0167 DSC_0169 DSC_0171 DSC_0173 DSC_0175 DSC_0179

Guidage du dimanche 13 octobre

Mis en avant

Le rendez vous fut pris avec Claude et Erwan pour aller traquer le brochet en bateau,  au programme de la journée grand soleil, la chance du débutant et un vrai moment convivial sur l’eau, le tout ponctué de décharges d’adrénaline signées Maître Esox.

Au réveil le thermomètre affiche 3°C, soit 10° de moins que la veille à la même heure ça, couplé au grand beau de prévu pour la journée, ne laisse rien présager de bon! Le temps de préparer le matériel, de sortir le bateau et Claude et Erwan arrivent. C’est autour d’un café bien chaud qu’Erwan m’annonce la bonne nouvelle du jour: il n’a jamais tenu de canne de sa vie ! C’est l’heure de vérifier si la fameuse chance du débutant sera fidèle à sa réputation. Claude, quand à lui, aucun souci, il est un pêcheur très expérimenté qui voyage et pêche beaucoup.

La première  heure se passe sans la moindre action mais me laisse le temps de coacher Erwan et c’est un véritable régal car, pour un total néophyte, chaque lancé est plus précis que le précédent et très rapidement on se concentre plus que sur les animations des leurres. Le soleil commence à réchauffer le plan d’eau, le vent ride la surface et les blancs commencent à bouger, je décale les dérives pour passer plus loin du bord, passe en revue les leurres jusqu’à trouver la bonne équation couleur-vibration et c’est enfin l’heure d’ouvrir les hostilités!

Claude + brochet au leurre

C’est Claude qui ouvre le bal avec un poisson correct et sans le savoir pose également le pattern de la journée. En effet, bien qu’étant sur un plan d’eau privé, ce jour-là les poissons réagissaient uniquement à un type de vibration et un coloris et ce n’est pas faute d’avoir essayé d’autres combinaisons, mine de rien, sans le leurre « good vibrations », on aurait pu très facilement louper la journée.  Erwan commence rapidement à faire la différence entre les touches (plutôt discrètes) et les algues jusqu’au moment où il se prend une vraie grosse claque dans la canne, malheureusement le poisson (60-70cm) se décrochera mais quand il se retourne vers moi je comprends de suite qu’il est accro! Et oui, méfiez-vous, la pêche est une drogue dure!

Claude + perche au leurre

Claude prendra pendant ce temps une perche correcte avant d’enchaîner plusieurs brochets. Erwan continue à décrocher tous ses poissons, je refais le point avec lui sur ses ferrage quand soudain je vois la Bushi XH se plier et Erwan envoyer « the » ferrage parfait et là le frein commence à chanter. C’est gros, mais soudain il m’annonce que le poisson s’est décroché, j’ai un doute, prends la canne en main et lui la repasse aussitôt, le poisson est juste tanké dans un herbier. Soudain il repart comme une fusée faisant  plier le carbone, hurler le frein et rendre un pêcheur totalement addict! Quelques instants plus tard le poisson est au sec et quel poisson, surtout pour le premier poisson de sa vie de pêcheur! Erwan est aux anges.

Claude & Erwann + brochet métré au leurre

La journée se passera ainsi ponctuée de touches, de décrochés, de sauts, de chandelles, de brochets qui repartent en nous arrosant copieusement, le tout sous un soleil radieux et dans une ambiance de franche rigolade. Claude mettra au sec plus d’une douzaine de poissons maillés (60 à 75 cm) mais c’est Erwan qui aura le brochet record (plus du mètre) de la journée. L’expérience de Claude lui a permis de réaliser une très belle pêche car les poissons n’étaient pas forcément actifs et ne répondaient qu’aux « bonnes vibrations ». Quand à Erwan, que dire à part que la chance du débutant fut fidèle à sa réputation, mais que j’ai aussi été bluffé par sa capacité d’adaptation à un sport (et oui la pêche est un sport!) qu’il n’avait jamais pratiqué. Merci à vous deux pour cette excellente journée sur l’eau.

Claude + brochet au leurre

Claude + brochet au leurre

Pêche du brochet